Bill's Ranch

Le forum de Bill's Ranch, le jeu de stratégie de Far West en temps réel de 1855 à 2021.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 15:06

J'ai décidé de reunir ici toutes mes publications qui concernent ma progression dans le jeu et sur le fofo. A voir si cela peut faire un petit roman Wink

.oOo.

Edit : un peu plus de 2 heures maintenant que je parcours les différents topic à la recherche d'élèments me permettant de faire de ce recueil un roman.
Mais je n'ai pas assez de matière pour le faire... No
J'ai cloturé ce topic pour lui garder sa forme, mais si vous souhaitez réagir ou me donner quelques idées, vous pouvez le faire par MP ou en passant par le saloon de la plaine Wink

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Ven 8 Juil - 17:42, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 15:14

1 octobre 2009 : L'arrivée

Il était une fois un petit collectionneur de point cool sur facebook qui, intrigué par l'apparition, dans l'encart publicitaire, d'un "drôle" de kiwi moustachu, coiffé d'un Stetson, colt à la ceinture et éperons aux santiags, a cliqué dessus.

Emporté par l'incontrôlable vague de la toile, il s'est vite retrouvé dans le noir, avec, pour seule compagnie, les araignées qui s'étaient depuis longtemps adjugé la propriété des lieux. Simplement éclairé par une bougie, il entendait au loin le crépitement d'une mèche qui se consumait. La première tentative ne fut pas la bonne, la deuxième non plus d'ailleurs. Par chance son nouvel ami John, rencontré lors d'une chevauchée mouvementée, était d'un naturel patient. Petit à petit et planche après planche, le Ranch Tonsac - de la famille des Tonsac du Wisconsin - est sorti de terre.

Sans expérience et surtout sans trop y croire, le petit collectionneur, avec l'aide précieuse de son ami John, s'est lancé dans l'exploitation agricole. Il a très vite construit sa petite étable et s'est rendu, tout de suite après, au village pour acheter sa première vache. Comme il aimait la faire se promener dans les champs. Elle était si belle. Elle lui rappelait une vieille histoire dont son cœur souffre encore. Celle d'un amour impossible, mais ardent, pour une bergère promise à son meilleur ami. Cette cruelle histoire qui le conduisît à tout quitter de son Wisconsin natal pour se rendre, l'âme en peine, jusqu'à ce charmant petit village de Ranch Ville.

Entraîné presque malgré lui, comme enivré par un scénario haletant, mais véritablement soucieux et curieux de mener à son terme cette nouvelle expérience, il investît. Achetant terrains, mines, puits, équipements et embauchant tout cowboy pouvant travailler sur ses terres.
Conscient des difficultés liées aux conditions de travail de ses employés, mais aussi de celles liées aux aléas économiques et écologiques, il se surprit parfois même à apprécier mener une stratégie managériale complexe, afin que les frais de fonctionnement de son ranch ne saturent pas sa capacité d'investissement.

Ayant toujours rêvé d'être son propre patron, parce qu'appréciant par dessus tout la liberté et réfutant toute autre forme d'autorité que celle qu'il considérait comme légitime, l'exploitation de son ranch lui permît de se réaliser, au moins en partie, dans ce rêve et de se mesurer à une certaine forme de la réalité de la vie d'entrepreneur.

Pour toutes ces raisons, le petit collectionneur est resté sur ses terres et y restera jusqu'à ce qu'il ait atteint ses objectifs.

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Ven 8 Juil - 16:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 15:15

Le 26 février 2010 : Premiers pas sur le fofo

Bonjour à tous les cowboys et cowgirls ,

J'ai "ouvert" mon ranch, le Ranch Tonsac (le Ranch Ta Chambre était déjà prit), le 1 octobre 2009 et j'ai activé mon compte sur le forum hier. Je ne serais certainement pas parmi les plus actifs, mais sait-on jamais...

Je ne connais pas le numéro de la prairie sur laquelle je me trouve, mais peu de ranch y subsistent (9). Je suis actuellement au niveau 11.

J'ai pas encore construit ma fabrique de ketchup et je n'ai qu'un puit de pétrôle où un pauvre boeuf s'échine à aller boire.
Heureusement j'ai 1 étable, 8 champs cultivés, 2 mines d'or et 2 usines (frites et pains), soit 17 terrains en tout, qui me permettent d'espérer un avenir pour mon exploitation.

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Ven 8 Juil - 16:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 16:01

L'église de la peur

J'ai utilisé toutes mes parties avec le curé.

Dernière tentative, mais ça je ne l'apprendrais que 5 jours plus tard.
La progression dans le choix des coffres est quelque peu hasardeuse, mais cela commence sommes toutes plutôt bien. Une botte, quelques cents, aïe 500$. Le cheminement se poursuit. Il n'est ni bon ni mauvais. Quelques pépites se perdent en chemin, mais c'est normal et ce n'est rien de très dramatique au fond. Mince, 1000$ !! Pourtant le graâl est toujours à portée de main et l'ange trop peu généreux pour ne pas poursuivre cette aventure, cette quête ultime que tout ranchvillais se doit de tenter. Haletant, le souffle court, je continue à avancer.

Un chapeau, puis les derniers cents s'évaporent. Soudain, le trésor s'échappe !! Il s'efface !! Plus rien à sa place qu'un coffre vide et une lumière morte, comme une chandelle soufflée par ce vent de désespoir qui s'insinue alors en moi. L'angoisse monte, et si ? Elle me grise aussi, et si ?
Un regain de courage m'envahi ! Les 200 pépites sont toujours là, devant moi. Malgré le bois qui les cache, elles brillent dans cet pénombre de leurs rayons apaisants. Beaucoup de coffres déjà sont ouverts et cette lueur me rassure. Les dernières grosses sommes se consument à mesure que j'évolue entre ces amats de planches qui concervaient, il y a peu de temps encore, tant de richesses. Je me condamne de les avoir laissé s'envoler, mais ce scintillement doré, qui danse au loin, me bouleverse. Je suis sous son charme, comme envouté d'une avarice soudaine et irrépressible.

Dernière ligne droite. Que faire ? Et cet ange qui me propose 92 pépites. La sécurité ? Après tout, je n'avais fait don que de quelques dollars et 92 pépites resplendissent également... L'audace ? Certes je n'avais pas payé un lourd tribu, par conséquent je ne perdais pas grand chose en tentant une dernère fois la providence... La peur ? Le clou est toujours là, aux aguêts, prêt à bondir hors de sa cachette pour me piquer et m'inoculer son terrible venin provoquant tristesse et désolation !
L'audace ! Il ne s'agit pas d'une simple promenade. C'est une croisade ! Avancer sans courage n'est que gâchi et perte de temps. Je me lance.
En même temps que l'ange s'éloigna, je ressenti une profonde désillusion. J'avais été piqué. D'une pointe acérée ce clou en mon âme s'était planté.

Le curé, comme pour me punir d'avoir succombé à l'appel de la fortune, me demande maintenant du coca pour me laisser poursuivre. Je me vois donc dès à présent contraints de changer de chapitre si je souhaite revivre une telle aventure. Et je sais qu'un jour, de simple aventurier, je deviendrai chevalier. Mais puisse qu'un cowboy voulant voyager loin se doit de ménager sa monture, patience et longueur de temps feront mieux que force ni que rage.

Il faut aussi savoir pardonner à son passé, si l'on souhaite que l'avenir nous donne une chance !

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Ven 8 Juil - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 16:14

Pénurie d'or

Récolte totale de pépite aujourd'hui avec mes 2 mines : 1 pépite...

Alors que mes wagonnets voyageaient calmement sur les rails hantés et rouillés de ma première mine, l'apparition inopinée d'Edmond Tragousset, accompagné de son message criant de vérité : "votre session a expirée", a coupé court à cette agréable promenade.
Après reconnexion, je constate que mon petit train est à quai et, surtout, qu'il est vide... Pas la moindre pépite, ni la moindre petite pierre ou motte de terre... rien !

Qu'à cela ne tienne, je renvoie le convoi dans les tréfonds de mes terres et je me dirige, d'un pas plein d'espoir, vers ma seconde mine.

Mes wagonnets voyageaient alors à nouveau, virevoltant avec assurance entre les traverses branlantes de cette voie jadis abandonnée, lorsque je reçois une nouvelle visite de l'homme à la montre : "votre session a expiré". "Flûte" dirait les plus polis d'entre nous, mais il existe bien d'autres expressions !!
Je me reconnecte pour la deuxième fois et donc pour la 3ème fois de la matinée... (et oui je me suis connecté une fois et reconnecté deux fois, donc ça fait trois fois !! Jean Claude sors de ce corps !! )

Bref...

Je constate alors que mon petit train est à nouveau à quai, mais cette fois, comme pour prévenir d'une éventuelle frustration, il n'est pas vide. Avide de savoir ce que l'adversité a tout de même bien voulu me donner, je transfère le contenu des wagonnets dans ma réserve et le verdict tombe : 1 !!

Moralité : Si le plein de pépite tu désires remonter, plus que le monstre ou les fantômes, l'homme à la montre tu dois éviter !

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Jeu 8 Sep - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 16:43

Mars Attacks

Ce qui devait arriver arriva, un panneau de bois vermoulu, presque branlant, s'affiche dès mon arrivée sur la prairie. Sur lui, un message sans équivoque : "Les OVNI vous attaquent."
La stupéfaction passée, je me dois de me lancer. Le combat doit avoir lieu et reculer n'est pas dans mon tempérement.

Je décide de mener une action prudente, réflechie et éprouvée.
D'abord, afin de jauger l'ardeur de cette offensive, je demande à mon estimable employé de se protéger. Sait-on jamais, venant de si loin ces abominables petits hommes verts ont peut-être envie d'en découdre immédiatement.
Mais courber l'échine n'est ni dans ma nature, ni dans celle de mes fiers cowboys. Il faut lancer une attaque. Ne serait-ce que pour montrer à ces envahisseurs que tout simples terriens que nous puissions être, nous vendrons chèrement nos vies et nos âmes.
En cas d'échec de cette dernière, je préfère jouer la carte de la prudence et demander à mon courageux cowboy de se cacher pour le passage suivant.
N'ayant d'autre choix, et non sans crainte, je lui demande de passer à découvert pour l'assaut final.

L'avenir m'apprendra que je n'avais pas à aller aussi loin.
Ces martiens sont plus prudents que je ne l'aurais imaginé et font un premier passage sans tirer le moindre rayon assassin. Certainement voulaient-ils juger de leur adversaire. Au passage suivant, mon malheureux cowboy est touché. Du moins c'est ce que je croyais voyant l'éclat de lumière aveuglant le frapper en pleine poitrine. Mon valeureux cowboy me regarde et, à la suite du clin d'oeil rassurant qu'il me lance, se retourne vers eux et presse la détente.
Une grande explosion retenti au loin. La navette s'est écrasée et les envahissuers qu'elle contenait agonisent maintenant.

Le constat parle de lui même. A la suite de cette première vague guerrière, les martiens rentrent chez eux sans gloire et surtout sans victoire !!

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 16:53

Quand "prometteuse" rime avec "trompeuse"

Après avoir passé un après-midi au calme à tremper du fil dans l'un des lacs presque tarie du ranch en compagnie de Jim Lapêche - ce petit garçon vivant en pleine nature, se nourrissant exclusivement de poisson et dormant à l'abri des platanes en compagnie de son lapin Kuku, PanPan ayant élu domicile dans un autre terrier - Mike Cannon s'en était ensuite retourné vers cette grange où il montait bonne garde depuis quelque temps déjà.
Les travaux des champs avaient été rendus si éreintant par la sécheresse printanière, que ce pauvre cowboys s'en était fait un tour de rein. Le médecin de Ranchville, le Doc Umentaire, avait alors conseillé à Bill de l'affecter à un poste de protection durant sa convalescence. Depuis Mike passait des journées tranquilles et reposantes, s'octroyant même parfois, comme cet après-midi là, quelques instants de détentes.

En fin de journée, un petit vent d'Est s'était levé et soufflait suffisamment pour attiser le feu que Mike venait d'allumer. Sa journée de pêche avait été bonne et son diner s'annonçait copieux : 2 brèmes, 1 perche et 1 mulet qu'il accompagnerait d'une ou deux pommes de terre à la braise. Il allait se régaler, il le savait.
Mais petit à petit, au dessus de lui, des nuages noirs de plus en plus menaçants s'étaient regroupés.

Il avait à peine commencé à manger, que soudain un violent orage avait éclaté. Marbré d'éclairs et secoué de coups de tonnerre, le ciel déversait toute l'eau qu'il n'avait pas donné depuis l'hiver dernier. En quelques minutes les citernes s'étaient remplies et les lacs avaient retrouvé leur niveau habituel. La terre, depuis si longtemps asséchée, n'était plus que boue et marée.
Le Ranch Tonsac vivait le déluge quasi biblique que le vieil indien, Grand Chef Lee Gnac, avait annoncé lors de la dernière visite de Bill à sa tribu.

D'abord rassurés pour les cultures prochaines, tous avaient fini par s'inquiéter pour celles présentes. Chacun s'affairait donc à protéger champs, récoltes et outils.
Mike n'était pas en reste et alors qu'il était en train de surélever les stocks de salades et de pickles dont sa grange regorgeait, tout en essayant de colmater au mieux les fuites de ce toit usé, un bruit de moteur attira son attention. Pensant qu'on était venu lui prêter main forte, il ne s'en soucia pas. Mais le claquement d'une rafale lui fit comprendre que cette visite n'avait rien d'amicale.

Au volant de son Pick-up Nissan Hardbody 3.0 et armé de son M-29 Rifle, Mike se lança courageusement dans la bataille. Le conducteur du 4x4 affublé de 2 cimeterres se jouait du sol détrempé, mais ce n'était malheureusement pas le cas de notre pauvre cowboy. Dès les premiers tours de roues son Nissan s'enlisa. Ainsi à l'arrêt, Mike était devenu une proie facile pour ces vautours qui lui tournaient autour. Il résista tant qu'il pu, mais une balle vînt se loger dans le réservoir de son Pick-up qui ne tarda pas à s'enflammer. Sautant hors de son véhicule, Mike senti une violente douleur à l'épaule et n'entendit plus que les cris de victoires des terroristes avant de perdre connaissance.

Alerté par les échanges de tirs, Bill se précipita au secours de Mike. La pluie s'était arrêtée, mais ralenti par la boue, il n'arriva qu'après le départ des assaillants. Heureusement il rejoint Mike juste à temps pour éloigner son corps inanimé de la grange. Cette dernière, gagnée par le feu du Nissan, était sur le point de s'écrouler.

Le Doc Umentare fut à nouveau appelé au chevet de Mike Cannon et son diagnostic fut sans appel : repos complet et alitement pendant au moins 4 jours.
Le levé du soleil révéla un spectacle tout aussi navrant : de la grange ne restait maintenant plus que quelques poutres calcinées et un amas de cendres encore fumantes.

Moralité : une belle journée ensoleillé n'est pas gage d'un calme assuré.

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Lun 16 Déc - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Ven 8 Juil - 16:54

La dernière ligne droite...

Mike Cannon s'était remis depuis longtemps de cette attaque dévastatrice contre la cinquième grange de la famille Tonsac et depuis leur ultime défaite cuisante face à Bill en personne, la visite des hommes aux cimeterres verts s'étaient raréfiées. Ils testaient bien parfois encore la vigilance des nombreux gardiens du domaine, mais s'en retournaient presque à chaque fois soulagés des cinq mille dollars de prime que ce vil Vulture leur donnait pour prendre la route du ranch.

La vie sur la prairie avait repris un rythme plus calme et les cowboys avaient retrouvé leurs petites habitudes. Aux siestes à l'ombre des pins et aux parties de pêche en compagnie de Jim se succédaient généralement de grands barbecues composés du poisson tout juste pêché et d'épis de maïs fraichement cueillis. Et surtout, chaque soir, ils se retrouvaient tous au saloon de Ranchville pour se raconter leurs petites anecdotes du jour.

En un mot la vie était belle sur les terres de Bill Tonsac !

Cependant, en bon gestionnaire, Bill avait remarqué que cette tranquillité n'allait pas dans le sens du développement. En effet, chaque semaine, il était contraint d'investir les maigres recettes de la semaine précédente dans la gestion courante de celle en cours.
A ce rythme là, il en était persuadé, son ranch n'atteindrait jamais le seuil de rentabilité lui permettant de remplir les quelques objectifs que Clara et lui s'étaient fixés.

Face à ces difficultés, les Bill's Burger poussant aussi difficilement que les edelweiss et misant sur l'apparent abandon du ranch voisin, Bill prit une décision audacieuse.
Si l'exemple donné par le vieux pionnier Totof aujourd'hui parti vers d'autres aventures devait fonctionner, il ne craindrait alors plus aucune visite agressive. Soucieux mais courageux, il vendit donc toutes les armes, tous les véhicules de ses employés et son souhait fut exhaussé. Certes ses cowboys étaient désormais à pied, mais la somme ainsi récoltée lui permit de passer à l'étape suivante de son projet. Certains, non contents de cette nouvelle organisation, s'en étaient retournés au saloon.

Grâce à cette solution radicale, Bill était devenu une personnalité influente sur la scène mondiale. La presse, dont le Ranchville Chronicles, n'hésitait pas à venir le consulter pour chaque sujet important, comme le court du prix du pétrole, la pollution de la planète ou encore le soin et la protection des peuples refugiés.

Les rêves du couple Tonsac se réalisaient !

Malgré cette joie mêlée d'un sentiment de fierté et d'aboutissement, une certaine nostalgie fini par le gagner. Il se souvenait de toutes ces histoires qui avaient bercé son enfance.
Celle de la première vache achetée par son aïeul et celles clamant la bravoure et l'honnêteté de ce grand ami de la famille qu'était John Pickle.
Il se souvenait du récit fabuleux de la première pépite remontée depuis cette mine à l'est du ranch familial et de l'histoire de la construction de la première grange du domaine, aujourd'hui vieille de 165 ans et toujours debout.
Et ces histoires de courses de diligences maintes fois remportées par son arrière-grand-père, celle du premier tracteur acheté par son père et du premier puit de pétrole qui avait assuré une certaine indépendance de la famille...

Depuis qu'en 1855 avait été planté le premier clou du seul ranch qui devait survivre sur cette prairie  1031, la famille Tonsac avait traversé bien des aventures et il aimait toujours autant diriger la société familiale, aller retrouver ses amis exploitants pour plaisanter, jouer et aider les nouveaux pionniers à prendre les bonnes décisions, comme les premiers explorateurs l'avaient fait pour lui à ses débuts.
Mais une fois ses objectifs atteints, que ferait-il ?

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Lun 16 Déc - 16:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Lun 16 Déc - 16:21

Le soleil se couche sur Ranchville

Fin de journée pour le Ranch de la famille Tonsac.

Après un grand banquet pendant lequel Clara a régalé tous les cowboys de ses talents innés de cuisinière, tous ont décidé de continuer la fête au saloon. Tous sauf Bill.
Seul, assis sous le kiosque de son ranch, il est songeur. Il leur a promis de les rejoindre plus tard, mais pour l'instant il est sous le coup de l'émotion et ne se sent pas d'humeur festive.
Il repense à son aïeul arrivé seul sur cette terre, à tous les efforts consentis par toutes ces générations de Tonsac qui se sont succédées et qui, par la force de leurs bras et la sueur de leur front, sont parvenues à faire de ce lopin de terre un domaine prospère.

Délaissant pour l'instant la vaisselle et après avoir couché Bill junior et Sarah, Clara le rejoint sous ce toit ouvert aux quatres vents. Sa sensibilité féminine lui permet de comprendre l'émoi de son époux. Elle s'installe donc sans bruit à ses côtés, pose délicatement sa tête sur cette épaule robuste et prend dans sa douce main celle rugueuse de son cowboy d'homme.

Au bout de quelques minutes pendant lesquelles aucun des deux ne bouge, Bill demande si elle est heureuse, si rien ne lui manque. Elle lui répond qu'elle aime cette terre comme si c'était celle de ses ancêtres et que son avenir est et demeurera en ce lieu. Un sourire, entre joie et mélancolie, se dessine alors sur le visage de Bill. Heureux de cette vie qu'il partage avec sa femme aimante et des deux beaux enfants qu'elle lui a donné, mais mélancolique à l'idée de ce qu'il s'apprête à faire.

Il dépose alors un baiser sur la joue de Clara, se lève et se dirige vers l'entrée de son ranch armé de son maillet. Il se retourne et soupir. Une fois sa courte besogne terminée, si petite physiquement mais tellement grande sentimentalement, une larme coule sur la joue de Bill. Clara se lève à son tour et vient serrer son homme dans ses bras. Elle l'embrasse tendrement et lui demande de vite rejoindre ses anciens employés pour continuer la fête. Il l'embrasse lui aussi puis s'en va vers le saloon.
L'image est magnifique : face au soleil couchant la silhouette sombre de ce fier cowboy se dessine et son ombre s'étire. Un sourire se dessine sur le visage de Clara lorsqu'elle fredonne : "he's a poor lonesome cowboy..."

Faisant face à leur belle maison, Clara voit cette pancarte qui doit désormais ne plus jamais quitter l'entrée de leur domaine :


- The End -

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Lun 16 Déc - 16:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Lun 16 Déc - 16:41

Fab Ulous ou le récit d'un enquêteur endormi

Je suis arrivé à Ranch Ville après une sombre histoire de meurtre sur les rives du lac Pontchartrain. Une affaire passionnelle sur fond de trafic de drogue et de jalousie amoureuse. Celle d'une femme, convaincue de la tromperie de son fiancé, qui n'avait pas hésité à s'en prendre à celle qu'elle prenait pour sa rivale et qui n'était, finalement, rien de plus pour lui qu'une cliente fidèle. Son homme, fournisseur officiel de morphine pour les femmes de joies de cette rive sud du lac, n'avait, lui non plus, pas échappé à la vengeance de celle qui s'était sentie trahie.
Une fois ce dossier résolu et cette pauvre femme derrière les verrous, je voulu prendre un peu de recul vis à vis de cette ville de Saint Louis. Le petit village de Ranch Ville m'était alors apparu comme le lieu idéal pour me ressourcer, loin des tracas et turpitudes de ma Louisiane natale.

Cela faisait à peine 2 jours que la diligence s'était arrêtée devant le saloon, au dessus duquel j'avais loué une chambre pour une durée indéterminée, lorsqu'un cowboy exaspéré, et venu noyer sa colère dans cette bouteille de tord-boyaux toujours présente sur le comptoir, s'est confié à moi. Son récit m'intrigua et je voulu en savoir plus.
Il me confia qu'il lui était souvent arrivé, alors qu'il menait sa lourde tâche d'agriculteur, qu'un homme à fines moustaches, vêtu d'un costume noir à veston rouge, coiffé d'un chapeau melon noir et toujours muni de sa montre à gousset se présentait sur ses terres et lui intimait l'ordre de couper court à son labeur. Aidé par un complice, rien ne pouvait empêcher cet homme de renvoyer le cowboy à son ranch, le privant des fruits de son travail.

Je n'étais venu à Ranch Ville que pour me reposer, mais je ne pu résister à l'appel de la justice. Après une courte enquête auprès de la population, il m'apparu que ce cowboy n'était pas le seul à avoir souffert de ces actes malveillants et l'ancien shérif Cala, aujourd'hui à la retraite, mais toujours soucieuse du bien être de ses concitoyens, m'apprit que cet homme s'appelait Rocoupure, Mick Rocoupure, et qu'il était toujours accompagné de son fidèle serviteur, Sam Déconnect.

Dès lors, je n'avais de cesse que de le démasquer et de faire cesser ses agissements.

Chapitre 1 : Le tronc est vidé

La nuit avait été magnifique. La lune, apparue en milieu d’après-midi, avait fini par disparaître. Astronome amateur à mes heures perdues, j’avais passé plusieurs heures à contempler le ciel clair de Ranchville. Des heures à regarder les étoiles s’allumer et les constellations se dessiner sur ce grand espace foncé. Des heures à les voir scintiller puis, petit à petit, décroitre jusqu’à s’éteindre à mesure que le temps avançait. Puis la fatigue m’avait finalement gagné.
Alors que je passais les portes battantes du saloon, m’apprêtant à monter les quelques marches qui me séparaient du lit où je comptais passer les trois prochaines heures avant de me rendre à l’office du dimanche, je fus étonné de voir le curé, le père Amptoir, accoudé au comptoir, le nez au dessus d’un verre de whisky pur malt à peine entamé.
Fatigué, mais intrigué, je m’assis sans bruit à ses côtés. Le curé semblait préoccupé et concentré. Il ne sembla pas même remarquer ma présence, tant sa conversation avec lui-même était intense.
« J’ai pourtant tout fait, tout vérifié. Mon sermon est prêt… les bancs et le confessionnal sont époussetés… j’ai briqué mon pupitre et lavé les sols…. Le tronc des pauvres, je suis sûr que d’y avoir laissé…pourtant je n’ai rien retrouvé en faisant ma besogne… »

Sortant brusquement de sa réflexion, il se tourna vers moi.
« Ah, Fab, mon fils ! Pardonnez-moi. Je suis tellement inquiet que j’en perds toute civilité. Vous vous couchez bien tard dites-moi. Encore la tête dans vos étoiles je présume. Ha ha… vous avez raison. Il faut savoir s’émerveiller devant les œuvres divines ! Vous verrais-je tout de même à l’office tout à l’heure ? »
« Oui, mon père. Vous pouvez compter sur ma présence. Je pense que vous aborderais les rancœurs grandissantes liées aux agissements de ces forbans, Mick Rocoupure et Sam Deconnect. »
« Je compte effectivement y faire subtilement allusion. La colère gronde dans nos ruelles et résonne jusqu’aux villes voisines. Je me suis laissé dire que certains villageois organisaient même des battues. De telles choses ne peuvent durer sans risque. C’est la renommée et la tranquillité de Ranchville qui sont en jeu. »
« J’ai effectivement entendu parler de ces battues. Ils ne les ont pas encore retrouvés on dirait. A ce rythme, toute la région va être quadrillée. Mais que se passe-t-il mon père ? Je vous sens soucieux. »
« En effet, mon fils. Mais il faut que cela reste entre nous et que ce comptoir soit notre confessionnal improvisé. L’humeur générale est déjà explosive, rien ne sert d’en ajouter. A la sortie de l’office dernier, je suis persuadé d’avoir laissé quelques dollars et une pépite dans le tronc des pauvres afin d’inciter les villageois les plus aisés à donner un peu de la fortune aux moins chanceux d’entre nous. Et tout à l’heure, alors que je préparais l’église à recevoir ses fidèles, j’ai constaté que le tronc était vide. Je ne comprends pas ce qui s’est passé. Je ne peux pas croire qu’on ait pu voler des pauvres. »

Cette nouvelle était inquiétante. Pas pour la somme que ce larcin représentait, j’avais moi-même dans les poches de quoi combler cette maigre perte, mais pour ce qu’il signifiait. Cette colère générale, palpable depuis quelques jours, semblait mettre à mal le comportement social jusqu’à présent exemplaire des ranchvillais.
« Voler les pauvres… quel manque de compassion et de charité ! » me dis-je.

Au loin, le chant du coq nous fit remarquer que le ciel était bleu et le soleil déjà levé.
« Mon père, je dois vous quitter. Je vous retrouve à l’office, je monte me reposer un peu. »
« A tout à l’heure mon fils. Que dieu vous bénisse. »
Poussant la porte de ma chambre, je me trouvais maintenant à peine à quelques mètres de mon lit. Un bref débarbouillage et je m’allongeais sur ce matelas moelleux et ces draps duveteux dans lesquels j’avais passé de si bonnes nuits. La température était douce, la rue encore calme et la petite brise du matin, maintenant bien avancé, faisait danser les voilages de ma fenêtre entrebâillée.
Cependant je ne parvins pas à trouver le sommeil. Ce que venait de m’apprendre le curé était tellement inattendu. Il n’était pourtant pas rare qu’il laissât un peu de monnaie dans ce tronc, pour voir ce petit pécule multiplié une fois la semaine passée, sans que cette habitude n’ait été un jour menacée. Chacun savait à quoi cette cagnotte était destinée et personne ne s’était jamais aventuré à la dérober. On disait que Dieu lui-même y veillait.

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Jeu 8 Sep - 10:51

La renaissance du Ranchville Chronicle ?

Chaque Ranchvillais et Ranchvillaise se souvient encore de cette fin de matinée brumeuse où de longues et rougeoyantes langues de flammes dansaient entre les murs de notre bonne vieille école ainsi que du bruit des derniers gongs d'alarme émis par la cloche pendue à son fronton avant qu'elle ne s'écrase au sol. Aussi prompt qu'avaient été les membres de l'ACFR (Amicale des Chasseurs de Feu de Ranchville) à intervenir sur le sinistre, l'affamé brasier n'avait fait qu'une bouchée du bâtiment et de son mobilier.

Si les enfants avait temporairement pu prendre place sous le kiosque, construit par Bill, pour recevoir les leçons de leur aimante et dévouée institutrice Clara, grâce à qui pas un cheveu de nos chères petites têtes blondes n'avait été brûlé par l'incendie, les presses, stockées dans l'arrière classe, avaient été réduites au silence et les archives du journal détruites. Face à cette désolation, la communauté des rédacteurs fut dissoute.
Depuis lors le saloon, habituel lieu de partage de commentaires tantôt élogieux, tantôt critiques des lecteurs du journal, ne résonnait plus que du tintement des verres que nous partageons en de trop rares grandes occasions. Même la Tchat box, qui fut longtemps l'endroit où les articles naissaient et mûrissaient, n'était maintenant guerre plus qu'un tableau de liège sur lequel seuls quelques habitants, habitués à y descendre, ne punaisaient encore que de rares petits mots à l'attention d'autres anciens habitants nostalgiques de la grande époque.

Cette pénible période est-elle révolue ? En effet, de la dernière diligence est descendu un pionnier dont la force de la plume n'a d'égale que la faim de ses bêtes à cornes. Zoltic, pour ne pas le nommer a fait preuve d'une qualité d'écriture que seul notre conteur Thomcat n'avait jusque là démontré. A eux deux, pourront-ils - et voudront-ils - faire à nouveau vibrer les rues poussiéreuses de notre village des histoires qui régissent la vie de nos ranchs et de notre forum ?

Affaire à suivre !

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance



Dernière édition par Fab le Jeu 8 Sep - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fab
Modérateur "Lieutenant"
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2256
Age : 36
Localisation : Rouen
Nom de ranch : Ranch Tonsac - prairie 1031 - Mission accomplie
Date d'inscription : 25/02/2010

MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   Jeu 8 Sep - 10:52

Kry Kry ou le retour au bercail d'un pionnier !

Cette semaine, Vlad D. Coly - le postier de Ranchville - remis au Lieutenant Fab un courrier dans lequel son beau-père l'invitait, lui et toute la petite famille Tonsac, à passer un week-end de repos dans son verdoyant ranch de Retire Gulch : une bourgade située à la sortie ouest d'Activ City.
Folle de joie à l'idée de revoir son papa, Clara envoya immédiatement un télégramme de confirmation et s'affaira à remplir les poussiéreuses malles familiales de vêtements, de cadeaux et de spécialités Ranchvillaises, comme les Bill's Burgers, les Bill's Chips ou le Bill's Cola.
Pendant ce temps, et en prévision du départ prochain, notre lieutenant se rendit en ville jusqu'à l'agence Well's & Fargo pour s'informer sur l'horaire de la diligence du samedi et acheter les fameux sésames qui leur permettraient cette courte traversée du désert américain.

Quelle ne fut pas sa surprise de voir l'agence fermée pour cause de congé estival. C'était inhabituel, car, jusqu'ici, le guichet avait toujours été ouvert sept jours par semaine du matin au soir. Intrigué et sentant ses instincts d'enquêteur se réveiller, Le Goupil ou Le Bleu, comme le surnommaient affectueusement ses amis, se mit en tête d'en connaître la raison.
Il se voyait déjà partir à la recherche d'un vil malfaiteur ayant détroussé la caisse en bois du guichet ou aller à la rencontre d'indiens ne respectant pas les accords conclus entre Vaillante Plume Noire Avisée, le chef de la tribu, et Gavotte Aipourmoi, la mairesse de la ville.
Malheureusement l'enquête ne teint pas ses promesses puisqu'un simple appel au siège de la société eu tôt fait de lui donner la réponse : à la vue de la diminution non négligeable du nombre de voyageurs sur Ranchville, la firme avait décidé de réduire le nombre de diligence à deux par jours et de fermer le guichet pendant les week end et les vacances pour n'assurer qu'une permanence pendant les deux heures qui précédaient l'arrivée et le départ de chaque diligence.
La diligence de samedi étant programmée pour 10:00 AM, Fab s'en retourna sur ses terres en se disant qu'il allait devoir se lever tôt et s'arranger pour venir dès 08:00 AM pour s'assurer de pouvoir retirer les quatre billets pour sa famille.

De retour à son ranch, Fab informa Clara de cet état de fait. Elle fit une moue qui en disait long sur son dépit, car cela impliquait de lever très tôt les enfants qui profitaient généralement de cette période oisive pour pêcher sur les rives du lac et jouer avec leurs camarades de classe jusqu'à des heures tardives.
Sentant ce malaise et désireux de voir sa chère et tendre épanouie par ce voyage, son étoilé de mari lui proposa de se lever tôt et de partir seul en ville. Clara et les enfants le rejoindraient peu avant le départ. Il lui laisserait d'ailleurs le chariot qu'il aurait au préalable chargé des malles afin que les enfants puissent finir de se réveiller tranquillement.
Cette proposition eu l'effet escompté et Clara retrouva immédiatement le sourire.

Ainsi fut dit et par conséquent ainsi fut fait. Samedi matin le coq se réveilla au chant de Fab qui se rasait dans la cours. Pas le temps pour un café, il le prendrait au saloon en attendant sa petite famille. Il était 07:30 AM lorsqu'il se mit en route vers la ville et il n'en fallait pas moins pour traverser à pied la prairie 1031 de son Nord Est jusqu'au Sud Ouest où se trouvait l'entrée de Ranchville.
Il arriva pour 08:00 AM devant le guichet dont le volet s'ouvrait à peine. Les quatre billets furent rapidement pris et, discutant avec Bertrand Lamonnet - le guichetier - il vit la diligence arriver. Décidemment, cette semaine était placée sous le signe des surprises puisqu'une vieille connaissance en descendit.

Halkryzaar, surnommé Charles Ingalls ou encore Kry Kry pour les plus intimes, était de retour. La surprise passée et après avoir rapidement salué Bertrand, Fab se précipita à la rencontre du pionnier. Ces quelques années loin des rues poussiéreuses de Ranchville ne l'avaient pas changé. Il était toujours le même : affable, sympathique et rigolard.
Sa vieille ville pleine de souvenirs n'était qu'une étape dans son périple vers Del Links Crick, mais il souhaitait profiter de cette courte escale pour prendre des nouvelles de ces anciens voisins et amis au saloon. Fab et lui s'accoudèrent donc ensemble sur le zinc du bar et partagèrent un café en se remémorant les heures de gloires de la conquête de l'Ouest et rigolant des dernières nouvelles et péripéties qui animent encore la vie à Ranchville.

Le temps passa très vite et 10:00 AM ne tardait pas à sonner. C'est avec un pincement au cœur que notre lieutenant se résolu à rejoindre sa famille et laisser Kry Kry seul alors qu'il devait encore attendre jusqu'au soir pour prendre sa correspondance. Fab lui souhaita alors de pouvoir profiter de cette journée pour rencontrer les autres pionniers encore présents.
Au cas où cela ne serait pas possible, Halkryzaar lui demanda cependant de bien vouloir transmettre à toutes et à tous ses amitiés. Dans une dernière et chaleureuse poignée de main, Fab lui promis qu'il n'y manquerait pas et, dans un dernier regard, lui exprima la joie qu'il ressentirait à le revoir.

Kry Kry cligna d'un œil, poussa un "Hideoooo" joyeux et se retourna vers Hervé R. Sincou, le barman.

_________________
Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prairie 1031 - Les chroniques de Fab Ulous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques du Monde émergé
» Les Chroniques de krondor
» Chroniques de la Tour de Laura Gallego Garcia
» Little House on the Prairie [FB 1623]
» Une magnifique journée dans la prairie [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bill's Ranch :: Histoires et Amis :: En direct de la prairie-
Sauter vers:  
www.billsranch.com
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit